BFEM 2006

Contrairement à leurs frères cadets qui se préparaient pour aller en tournée et à leurs camarades actuellement en vacances, eux ont du rester à l’institut pour préparer cette fois-ci un examen et non un tournoi de football. Ils ont pour nom : Chérif Bodian, Souleymane Cissé, Arfang Daffé, Sana Diba, Emmanuel Gomis, Mamadou Bamba Faye, Mamadou Ndaw, Pape Alioune Ndiaye, Malèye Samb et Yigo Senghor.

Une période de préparation diversement appréciée par les uns et les autres :

– “le plus dur c’était de voir les 91 et 92 s’entraîner le matin sans pouvoir y participer. Je me suis dis que j’avais un examen à passer et je devais rester concentrer jusqu’au bout.” Souleymane Cissé dixit.

Sana Diba lui par contre s’est fait une philosophie qui lui a permis de bien gérer ces moments “comme on dit, chacun a son tour chez le coiffeur. L’année dernière pendant que j’étais en tournée, d’autres comme Makhtar Mbow, Bocar Seck pour ne citer que ceux-là étaient restés pour passer le BFEM.”

– Tous deux affirment que le BFEM est plus important qu’un tournoi de football. Si Souleymane Cissé pense que les diplômes pourraient venir à son secours si par malchance il devait arrêter le foot, Sana Diba lui dit seulement “un match aussi important soit-il, on peut le jouer chaque jour ou chaque samedi, alors que le BFEM c’est pas le cas.”

– Fou de foot qu’il est, Sana pense qu’il y a tout de même une ressemblance entre les deux car dit-il “pour un examen, il faut apprendre les leçons et faire beaucoup d’exercices. Au football, quand on prépare un match, on doit bien se concentrer à l’entraînement pour assimiler les gestes techniques et comprendre les idées du coach”. Quant à Souleymane il est d’avis que la préparation de l’examen est plus importante que celle d’un match de foot, même si toute deux nécessitent une forte concentration.

Propos recueillis par : Iba DIAGNE

Leave a comment

Newsletter

Abonnez-vous maintenant

Devenez membre de notre communauté en ligne et restez au fait des actualités des Diambars.